AVIS SUR LE SCHEMA DEPARTEMENTAL DE COOPERATION INTERCOMMUNALE (SDCI) Par PCF 64

Ce présent avis vise à interpeller les élus et les citoyens du Pays Basque, partie du département 64, sur nos préoccupations face aux changements majeurs qui vont prochainement affecter notre territoire. Sous couvert de sigles peu explicites pour la plupart des citoyens, l’État mène une réforme territoriale majeure. Elle va modifier profondément le fonctionnement de notre territoire qui disparaîtra en tant que collectivité.


En effet, la proposition d’un Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) dit basque, s’inscrirait dans l’application de la loi du 7 août 2015 portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République.

A noter que chez les élus socialistes, de droite ou nationalistes de tous bords, défenseurs de ce Schéma Départemental de Coopération Intercommunal (SDCI), aucun ne parle de la loi NOTRe et encore moins de ses effets dévastateurs.

Les communistes, les élus communistes et d’autres élus locaux dénonçaient il y a un an déjà, la portée anti-démocratique de cette loi.

Cet EPCI de 158 communes, 295 970 habitants, 2 communautés d’agglomérations, 8 communautés de communes, 95 syndicats intercommunaux, serait un « machin », qui ne répondrait pas aux besoins des populations de cette partie du département des Pyrénées-Atlantiques. Un conseil communautaire, composé de plus de 200 personnes avec un bureau exécutif où toutes les communes ne seront pas représentées, serait ingouvernable et anti-démocratique.

Cette super Communauté d’Agglomération ou Urbaine éloignerait des lieux de décisions les citoyens du Pays Basque. Les communes seraient les pièces d’un puzzle où les décisions, stratégiques et financières, les concernant, seraient prises par une nouvelle instance élargie et où les élus ne seraient plus seuls décideurs. Les transferts massifs de compétences, conjugués à la perte de pouvoir décisionnel des Conseils Municipaux et des Maires et par l’établissement d’une fiscalité propre, se traduiraient par une augmentation des impôts locaux surtout dans les « petites communes ».

Ce changement majeur dans la gouvernance de notre territoire aurait pour conséquence une perte de démocratie car elle ne permettrait plus la prise en compte des territoires dans leur diversité et la réponse aux besoins des populations. Sur la forme, ce projet présenté pour la gouvernance du Pays Basque n’est pas la résultante d’un quelconque débat.

C’est la résultante de la volonté du gouvernement par la voix du préfet qui, dès 2014, expliquait de manière péremptoire qu’une Communauté d’Agglomération ou une Communauté Urbaine à l’échelle du Pays Basque était la seule solution.

Les partisans de cet EPCI gigantesque utilisent le sentiment d’appartenance à une culture commune et l’argument de la taille comme force pour « exister » dans la future grande région. Sûr de ce deuxième point, c’est bien mal connaître la loi NOTRe qui, par un renforcement de la compétence économique à la Région, lui permet l’aide directe aux entreprises au nez et à la barbe des EPCI et du département.

La taille n’est donc pas un argument puisqu’elle amplifiera le déséquilibre territorial et la réorganisation aura un coût important. L’enjeu de cette bataille politique qui se joue sur le champ du libéralisme européen, est bien une recentralisation des pouvoirs sur la Région, et, le « sentiment Basque » n’est que de la poudre aux yeux pour mieux faire avaler la pilule.

Aujourd’hui comme hier, on nous dit : « donnez votre avis » mais sur un non choix. Et certains parlent même de solidarité ! En gros, celles et ceux qui s’opposeraient à cet EPCI seraient des imbéciles qui n’auraient rien compris et qui plomberaient l’avenir du Pays Basque qui reculerait de 10ans.

Mais soyons honnêtes et clairs dans le débat. Par exemple, a-t-on expliqué à un souletin que les 2 agglos de la Côte pèseront 70 % de la population, 75 % des charges de fonctionnement, 75 % des charges du personnel, 80 % des dépenses d’équipement, 88 % des produits de fonctionnement et 80 % de la dette. Ce que paiera un souletin passera de 150 à 742 €. Ce qui est valable pour la Soule sera aussi vrai pour les « petites communes ».

C’est sans doute l’expression de la solidarité tant réclamée par certains(es).

Pour l’étude de la gouvernance du Pays Basque, le cabinet Acadie (dont la composition est loin d’être neutre) a reçu une enveloppe financière de plus de 80 000 euros avec la mission de travailler sur la base d’un seul projet, celui que l’on nous (vous) présente avec l’aval et le soutien de M. le Président du Conseil des Élus du Pays Basque et de Mrs les Présidents des Communautés d’agglomérations concernés. Rien d’étonnant puisque en son temps le Conseil des Élus du Pays Basque « autoproclamé » a proposé de créer une Collectivité Spécifique Pays Basque dotée de compétences, de moyens et d’élus.

Les dés sont donc ainsi jetés, l’expert a parlé, pas d’autres solutions que ce projet. Mais en réalité le gouvernement, de façon politicienne, répond en partie à cette demande avec ce nouvel « EPCI basque ».

Cela ressemble plus à un « renvoi d’ascenseur » pour récompenser les élus issus des partis politiques ayant accepté le compromis national sur l’élaboration de la loi NOTRe et satisfaire les organisations qui militent pour un Pays Basque indépendant plutôt que pour la satisfaction réelle des besoins des femmes et des hommes qui vivent dans ces territoires.

Les communistes exigent un débat avec l’étude d’autres propositions alternatives pour décider d’une nouvelle gouvernance imposée par la loi NOTRe. Les inquiétudes sont fortes et sont appelées à grandir face aux conséquences néfastes que produirait la mise en place d’un tel EPCI pour les citoyens, les agents publics, les Services Publics, les CCAS (Centres Communaux d’Action Sociale), les collectivités territoriales.

De plus, il serait question de constituer un bureau ou une commission paritaire comprenant entre 15 et 60 membres qui décideraient et prendraient les décisions en lieu et place du conseil communautaire qui ne se réunirait que 3 à 4 fois par ans (d.o.b, vote du budget etc..). Où est la démocratie dans ce système de gouvernance. Qui aura droit à la parole ? Où sera la réponse aux besoins ? Dans ce système de rationalisation territoriale !! Il existe des propositions alternatives qui doivent être étudiées et proposées au débat public.

La formule d’un PETR Pays Basque (pôle d’équilibre territorial et rural) Il pourrait offrir plusieurs avantages : le maintien de la plupart des intercommunalités actuelles, un coût et un temps de mise place moins importants, le maintien d’une autonomie financière avec une fiscalité différente par territoire, et le maintien des RPI et de certains syndicats.

La possible mise en place de syndicats mixtes ouverts associant des collectivités territoriales, des EPCI (à fiscalité propre ou non) et d’autres personnes morales de droit public (institutions d’utilité commune interrégionales, institutions interdépartementales, des chambres de commerce et d’industrie, d’agriculture, de métiers)

La création de nouvelles collectivités territoriales redessinées qui s’appuieraient sur les bassins de vie et d’emplois définis par l’INSEE, les Schémas de Cohérence Territoriale (SCoT), pour répondre aux préoccupations des habitants, sur l’emploi, le logement, les transports… On ne peut pas laisser en dehors de ces problématiques le Sud des Landes (Seignanx), partie intégrante de la Zone Urbaine de Bayonne, la gestion du port de Bayonne, la question de la formation et de l’emploi industriel, en particulier l’aéronautique, la chimie… Pourquoi intégrer d’office les territoires autour de Mauléon à la Côte Basque alors qu’ils sont naturellement tournés vers les bassins de vie et d’emploi d’Oloron et de Pau ?

Sur la question de la langue et de la culture basques mais plus largement des langues et cultures de France, nous rappelons que le PCF depuis 1946 se bat pour leur reconnaissance (loi Deixonne) avec un statut juridique. Nous sommes favorables à la ratification par la France de la charte européenne sur les langues régionales et minoritaires contrairement à la Droite qui a toujours voté contre et au Gouvernement et au PS qui auraient pu et dû la faire voter quand ils avaient (encore) la majorité (3/5 du congrès). Sur ces questions également, la création d’un syndicat mixte ouvert est possible.

Toutes ces questions doivent être posées et débattues publiquement et en toute clarté !!

 
Mentions légales - rss RSS

Fédération du Parti Communiste Français des Pyrénées-Atlantiques

50, avenue Jean Mermoz - 64000 PAU - t. 05.59.62.03.59 - f. 05.59.62.12.15

fait avec spip